Lundi 14 novembre

Eau & Genre
APERÇU DE LA JOURNÉE
 
8h30 à 9h30 HE · VISIOCONFÉRENCE

L'intégration du genre pour une action climatique transformatrice

12h30 à 14h HE · VISIOCONFÉRENCE

Séance de débreffage de la CdP-27

 
15h à 16h30 HE · VISIOCONFÉRENCE 🌍

Comment garantir l'accès à l'eau potable aux communautés vulnérables aux changements climatiques ?

🌍 Evénement disponible en anglais

PROGRAMMATION DÉTAILLÉE DE LA JOURNÉE

 
8h30 à 9h30 HE · VISIOCONFÉRENCE

L'intégration du genre pour une action climatique transformatrice

Les minorités de genre sont à la fois les plus affectées par les conséquences des changements climatiques, mais aussi les plus préoccupées et les plus proactives au quotidien dans cette lutte. De nombreuses études révèlent que la présence notamment des femmes au sein d’instances de décisions améliorent les résultats en matière de gouvernance des ressources et de conservation de l’environnement. C’est dans cette perspective que la question de l’intégration du genre apparaît essentielle pour une action climatique transformatrice. Où en est le Québec dans l’équité entre les genres ? Est-ce que la politique canadienne favorise l'émancipation pleine et entière des communautés vulnérables, telles que la communauté 2SLGBTQ+, les autochtones ou bien les femmes, dans l’action climatique ?

Marianne-Sarah-Saulnier.png

Marianne-Sarah Saulnier

Depuis maintenant plus de 10 ans, Marianne consacre ses recherches à des projets portant sur les enjeux et réalités des populations historiquement discriminées et la réduction des inégalités sociales et organisationnelles. Diplômée d’un doctorat en anthropologie, elle termine présentement une recherche postdoctorale à l’Université McGill sur l’impact des changements climatiques sur les inégalités sociales ainsi que sur la manière dont les migrations climatiques augmentent les violences basées sur le genre.
Dans les dernières années, elle a été amenée à coordonner plusieurs projets visant une plus grande égalité, diversité et inclusion au sein de différentes organisations, notamment dans le milieu de la santé et dans le système d’éducation québécois. Parallèlement à ses recherches, elle est membre du Conseil des Montréalaises depuis 2021.

Molie-dujardin.jpeg

Mollie Dujardin

Toujours tournée vers l’avenir, Mollie Dujardin est profondément guidée par ses convictions féministes, il est impossible de ne pas constater la vivacité qui l’anime lorsqu’il en est question. Avec une maîtrise en études internationales, elle gravite depuis 5 ans dans le domaine de l'engagement politique jeunesse, le développement international et les communications. Elle croit fondamentalement qu’il faut s’impliquer dans la vie citoyenne si l’on veut apporter de réels changements et avancer vers l’égalité sociale. Mollie pense que l’implication des femmes est indispensable dans l’action climatique. Pieds ancrés dans la société québécoise, cœur vibrant pour la lutte féministe et tête orientée vers le monde, elle est ravie de faire partie de la délégation jeunesse de la COP27.

AmandineG.-829x1024.jpg

Amandine Gournay

Diplômée de la maîtrise en Gestion de l’environnement et politique appliquée de l’Université de Sherbrooke, Amandine a réalisé son essai sur l’écoféminisme et a depuis participé à divers panels et conférences sur le sujet. De plus, elle a fait partie d'un duo finaliste à la finale canadienne du concours Map the System 2021, avec un projet de recherche portant sur le genre et les changements climatiques. Elle souhaite s'investir pour une transition écologique inclusive et équitable et est convaincue que la réponse à la crise climatique doit être intersectionnelle. Elle est maintenant conseillère en développement durable au Réseau des femmes en environnement et son Conseil québécois des événements écoresponsables. 

 
12h30 à 14h HE · VISIOCONFÉRENCE

Débreffage du 14 novembre

On retrouve notre équipe sur place en Égypte pour un bilan de cette septième journée d’ouverture qui vise à accueillir les dirigeantes et dirigeants du monde entier à la Conférence des Parties pour qu'ils présentent des ambitions et des actions de haut niveau en vue de maintenir un seuil de 1,5°C à portée de main, s'adapter pour protéger les communautés et les habitats naturels et mobiliser des financements.  Ces séances verront certainement émerger des collaborations inédites et des stratégies de mobilisation des membres de la société civile. Elles permettent d’assurer une plus grande transparence entre les discussions « à huis clos » des négociateur·trice·s et le reste de la population, en plus de réduire les risques d’écart entre le discours et les engagements internationaux des personnes élues et leurs pratiques.

 
15h à 16h30 HE · VISIOCONFÉRENCE

Comment garantir l'accès à l'eau potable aux communautés vulnérables aux changements climatiques ?

Le Québec possède 3% des ressources d’eau douce renouvelable de la planète, alors qu’à peine 0,1% de la population mondiale vit sur ce territoire. Malgré l’abondance de l’eau douce au Québec, où seulement 0,5% du volume d’eau disponible sur le territoire est prélevé (comparativement à 11% dans les pays de l’OCDE), certaines régions de la province pourraient se retrouver en situation de pénurie d’eau potable. Les premiers touchés par cette iniquité d’accès à une eau potable de qualité sont notamment les femmes et les communautés autochtones En cause : les changements climatiques qui pourraient exacerber certaines des situations déjà critiques dans certaines localités. Crues éclairs, tornades, ouragans ou sécheresse : dans quelle mesure ces événements extrêmes risquent-ils d'impacter la qualité de l’eau douce au Québec ? Pourquoi cette vulnérabilité est inéquitable entre les communautés et comment y remédier ?

Elsa beaulieu bastien.jpg

Elsa Beaulieu Bastien

Militante et anthropologue féministe

Elsa est formatrice en éducation populaire autonome au Carrefour de participation, ressourcement et formation (CPRF). Militante et anthropologue féministe, elle s’intéresse à l’écoféminisme et aux questions d’environnement, de climat et de souveraineté alimentaire. Elle enseigne dans le programme court de deuxième cycle en développement économique communautaire à l’Université Concordia.

Rebecca_petrin.jpeg

Rébecca Pétrin

Directrice générale de Eau Secours

 

Titulaire d’un baccalauréat en biologie et d’une maîtrise en Gestion de l’environnement, Rébecca Pétrin lutte à la protection de l'environnement dans le milieu communautaire depuis près de 10 ans. Depuis 2019, elle est directrice générale d'Eau Secours pour la promotion d'une gestion responsable de l'eau et son accès à tous. Madame Pétrin s’implique également en conservation de la nature notamment, depuis 2015, à la Société pour la conservation de la tourbière de Lanoraie. Dans le passé, elle a eu notamment l'opportunité de travailler comme attachée politique au cabinet ministériel de l'environnement.

charlene-winger_edited.jpg

Charlene Winger Jones Water Walker

Charlene Winger Jones est une marcheuse de l'eau, elle marche pour l'eau. Elle a marché en forme de cérémonie tout au long du Bruce Trail, un sentier pédestre de 740 km utilisé par son peuple depuis des temps immémoriaux pour le commerce, à raison d'environ 20 km par jour et d'un engagement de 6 semaines. Elle participe également à des événements communautaires sur l'environnement et l'eau, en affirmant les droits des Autochtones, et fait partie du conseil héréditaire de Nawash en tant que chef de la famille Jones. Elle est fière d'être une Ambassadrice de la réalité climatique formée à Minneapolis en 2019, et elle veux créer une plus grande sensibilisation à l'eau.

1652952268631.jpg

Aude Sturma

Sociologue de l’environnement, chercheure associée au Centre d’Etudes et de Recherche Travail, Organisation Pouvoir (CERTOP/CNRS)

Je m’intéresse au lien entre santé et environnement, plus particulièrement aux interactions complexes entre normes environnementales, organisation sociale, pouvoir politique local et système institutionnel. A travers mes différents terrains de recherche, j’ai porté mon regard sur le lien entre gouvernance locale de l’eau et la précarité sanitaire. Aujourd’hui la question de l’accès à l’eau pour les publics précaires devient centrale dans ma recherche dans un contexte de changement climatique et d’exacerbation des risques sanitaires qui en résulte.

vladimir-arana.jpeg

Vladimir Arana

Coordinateur de programme au Secrétariat international de l'eau

Vladimir Arana, est actuellement coordinateur de programme au Secrétariat international de l'eau basé à Montréal de 2013 à aujourd'hui, travaillant sur des projets de gouvernance de l'eau avec le peuple autochtone Mohawk à la frontière canado-américaine, avec les peuples autochtones quechua et aymara dans les Andes, ainsi qu'avec l'Afrique de l'Ouest et l'Asie centrale. Auparavant, il a été conseiller principal auprès de la CAF-Banque de développement d'Amérique latine (2010-2012), conseiller auprès du vice-ministre de l'environnement du Pérou (2008-2009), directeur général de l'urbanisme et de l'environnement du ministère du logement, de la construction et de l'assainissement du Pérou (2006-2008), consultant auprès du Consortium pour le développement durable de l'écorégion andine (CONDESAN), et du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR-CIP) (2004-2005), conseiller auprès de CARE International (2000-2003), ainsi que professeur d'université au Pérou, en Finlande et au Canada. Il a publié des livres sur l'eau, l'assainissement et le développement territorial.