Mardi 08 novembre

Sommet des dirigeant·e·s
 
8h30 à 10h HE - VISIOCONFÉRENCE

Que retenir du dernier rapport du GIEC ?

En 2021-2022, le GIEC a publié son sixième rapport : une synthèse des travaux de recherche sur l’impact de l’activité humaine sur les changements climatiques menés par les plus éminents scientifiques de la communauté internationale. Le bilan du dernier rapport est on ne peut plus clair ; on y confirme que les changements climatiques impactent toutes les régions du monde, que les mesures d’adaptation sont essentielles et que les mesures d’atténuation seront moins coûteuses que l’inaction. Venez nous rejoindre sur ce panel pour démystifier quelles sont les principales conclusions et recommandations du GIEC pour une atténuation des GES et une adaptation aux changements climatiques en phase avec l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris.

Alain Webster.jpg

Alain Webster

Alain Webster est président du Comité consultatif sur les changements climatiques depuis 2021. Le professeur Webster possède une formation universitaire en écologie et en économie. Ses principaux champs de recherche portent sur l’utilisation d’instruments économiques dans la gestion des changements climatiques, la mise en œuvre des stratégies de développement durable et la finance socialement responsable. Il a participé à plusieurs comités gouvernementaux, dont le Comité-conseil sur les changements climatiques du gouvernement du Québec de 2010 à 2019.

Annamaria Lammel.jpg

Annamaria Lammel

Enseignante-chercheur à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, Annamaria Lammel est également directrice de l'e-laboratoire Climate system and human system interaction (UNESCO). Elle est autrice principale du cinquième et sixième rapport du GIEC et experte au programme des Nations unies pour l’environnement. Ses recherches portent sur l’interaction homme-climat, l’adaptation cognitive au changement climatique, la perception de risque et la prise de décision.

Alain Bourque - Ouranos.jpg

Alain Bourque

Alain Bourque est le directeur général d'Ouranos depuis 2013. Avec Ouranos depuis ses débuts en 2001, il a développé et coordonné jusqu'en 2012 les activités d'un vaste réseau de R&D appliquée en "Impacts et adaptation aux changements climatiques" et était donc responsable de l’intégration des résultats afin de permettre aux décideurs et acteurs de l’adaptation de se préparer à la partie incontournable des changements climatiques. De 1989 à 2001, il était météorologue et climatologue à Environnement Canada. Il a un baccalauréat en météorologie de l'université McGill (1989) et une maîtrise en science de l'atmosphère de l'UQAM (1998). 

Normand Mousseau.jpg

Normand Mousseau

Directeur scientifique de l'Institut de l'énergie Trottier depuis 2016, Normand Mousseau a également contribué à la création de l'Institut canadien pour des Choix Climatiques et de l'Accélérateur de transition. Il codirige également l'Initiative de modélisation énergétique. Il est détenteur d’un doctorat de la Michigan State University et a travaillé comme chercheur post-doctoral à l'Université d'Oxford et à l'Université de Montréal.  Chercheur de renommée mondiale en matériaux complexes et en biophysique, avec plus de 200 articles scientifiques à son actif, il nourrit également une grande passion pour la vulgarisation scientifique. 

 
12h30 à 14h HE · VISIOCONFÉRENCE

Débreffage du 8 novembre

On retrouve notre équipe sur place en Égypte pour un bilan de cette deuxième journée d’ouverture qui vise à accueillir les dirigeantes et dirigeants du monde entier à la Conférence des Parties pour qu'ils présentent des ambitions et des actions de haut niveau en vue de maintenir un seuil de 1,5°C à portée de main, s'adapter pour protéger les communautés et les habitats naturels et mobiliser des financements.  Ces séances verront certainement émerger des collaborations inédites et des stratégies de mobilisation des membres de la société civile. Elles permettent d’assurer une plus grande transparence entre les discussions « à huis clos » des négociateur·trice·s et le reste de la population, en plus de réduire les risques d’écart entre le discours et les engagements internationaux des personnes élues et leurs pratiques.

 
15h à 16h30 HE · VISIOCONFÉRENCE

Discutons Contribution déterminée au niveau national : instrument clef de la réalisation de l'accord de Paris

Les Contributions déterminées au niveau national (CDN) se trouvent au cœur de l'Accord de Paris et de la réalisation de ces objectifs sur le long terme. En quelques mots : l’ambition climatique des États prend vie dans ses plans d'actions nationaux pour le climat, qu’on appelle NDC. En tant que signataire du Pacte climatique de Glasgow, le Canada est tenu de soumettre une CDN révisée avant la fin de 2022. De plus, en mars 2022, le Canada publiait son Plan de réduction des émissions pour 2030 dévoilant des nouvelles mesures ambitieuses visant à réduire les émissions de 40% à 45% sous les niveaux de 2005 d’ici 2030. Il s’agit du premier plan de réduction des émissions publié en vertu de la Loi canadienne sur la responsabilité en matière de carboneutralité. La CDN actuelle du Canada et le plan de réduction des émissions pour 2030 répondent-ils à la contribution équitable du Canada pour une limitation du réchauffement climatique à 1.5 degré ? A quel point ces objectifs doivent-ils être renforcés ? Allons-nous vers un monde à 1.5, 2.7-3.1 ou encore 4 ? Retrouvons-nous l’ambition portée par les sociétés civiles du monde entier ?

Sabaa-Khan-390x390.jpg

Sabaa Khan

Sabaa Khan est une experte en droit international de l'environnement. Elle est directrice générale de la Fondation David Suzuki pour le Québec et le Canada atlantique, et chef de l'équipe chargée du climat de la fondation.

tonio-sadik.jpeg

Tonio Sadik

Tonio Sadik dirige une série de dossiers environnementaux en tant que directeur de l'environnement à l'Assemblée des Premières Nations. Il est membre du conseil d'administration de Réalité Climatique Canada et chercheur principal de l'étude sur l'alimentation, la nutrition et l'environnement des Premières Nations. Tonio est titulaire d'un doctorat de l'Université Simon Fraser (2008) et enseigne à la faculté des sciences sociales de l'Université d'Ottawa.

Amelie-laframboise.png

Amélie Laframboise

Amélie Laframboise travaille actuellement au Cabinet de la Mairesse de Montréal. Elle est présentement Responsable de la Transition écologique au Cabinet alors qu’elle s’etait préalablement occupée du développement économique pendant 2 ans. Son rôle lui permet de s’assurer de déployer la mise en œuvre de la transition écologique en réponse à l’urgence climatique. 

Avant d’arriver au Cabinet, il y a 3 ans, Amélie a œuvré pendant près de 20 ans en Investissement chez Fondaction, notamment spécialisée en environnement et en lutte aux changements climatiques.

Mark Purdon

Mark Purdon

Mark est un expert de la politique de changement climatique et de développement international, en travaillant à l’intersection de la politique comparée et des relations internationales.